5 conseils pour être bien chez soi

S’il y a bien un endroit sur terre où l’on doit être bien, c’est chez soi. Pas toujours évident et les raisons sont multiples (appartement qu’on n’aime pas, être hébergé)…Mais pour ceux qui ont la chance d’avoir leur propre chez-eux, voici quelques conseils pour se l’approprier davantage et se créer sa bulle, son cocon…

  • Privilégier des couleurs qui vous font du bien

Certains aiment le flashy, d’autres les tons neutres. A vous de voir ce qui vous plaît et vous rassure quand vous passez la porte de chez vous. Pour ma part, c’est blanc, bleu et bois et j’adore l’ambiance de mon salon. On part de loin : murs vert olive, énorme canapé d’angle beige, meuble TV imposant et déco éclectique. Alors quelques coups de pinceaux et les ventes de meubles et déco plus tard, on a pu obtenir une ambiance qui nous fait du bien.

  • Allumer des bougies & guirlandes

Tout le monde n’aime pas ça, I know, mais je trouve que ça donne une touche de sérénité dans une pièce. Pas de lumière aveuglante type néon, on opte pour une touche apaisante afin de décompresser de sa journée. L’avantage des bougies, c’est l’odeur qui flotte dans l’air et le mouvement de flamme qui apaise. Privilégiez des marques green car les bougies peuvent libérer des substances nocives. Pour les guirlandes, on a le droit de les sortir en dehors de la période de noël et ça c’est cool !

• Intégrer des plantes vertes
La nature dans notre intérieur, c’est extrêmement agréable. Je n’ai pas la main verte et je ne croyais pas au pouvoir relaxant des plantes chez soi. Et pourtant, je constate que leur présence me fait respirer. Et pour faciliter les choses, j’ai opté pour des plantes à faible entretien : cactus, bambou, aloe vera, plantes grasses.

  • Privilégier des matières qui vous font du bien

L’intérieur d’une maison, c’est comme les fringues, il faut s’y sentir bien et ça passe par les matières ! Pour vos petits meubles, canapés et accessoires de déco, choisissez des matières que vous avez plaisir à toucher, qui vous apaise et vous font vous sentir bien. Après 13 déménagements, j’ai tout vu et désormais, je sais ce qui me fait du bien : le bois (caisse, meuble), le polaire (plaid, coussin, tapis), l’osier (tapis, panier).

  • Avoir des paniers pour ranger sans efforts

Le bordel, ça me connaît et ranger, c’est pas toujours mon fort. Pour que mon esprit reste clair dans un intérieur chargé, j’ai opté pour des paniers & des caisses. C’était la grande tendance déco mais c’est surtout très facile pour ranger les objets similaires au même endroit en moins d’une minute.

A termes, une ultime chose qui me ferait du bien c’est d’avoir un véritable salon et non un salon tourné vers la TV comme c’est le cas aujourd’hui et chez 95% des gens. J’aimerais des fauteuils et canapés les uns en face des autres et surtout, beaucoup de livres tout autour.

Et vous, quelles sont vos astuces pour être mieux chez vous ?

Veggie, végan, flex : Définition

Depuis 1 an, j’entame une transition alimentaire en douceur. La raison ? Il y en a plusieurs ! Le goût, l’impact environnemental, l’exploitation animale et la santé. Manger, c’est avant-tout un besoin physiologique et on doit aussi y prendre du plaisir. En mangeant un steak ou du poulet, ce n’est plus du tout le cas et je découvre des substituts que j’ai plus de plaisir à manger. Mais comment distinguer les termes expliquant les différentes pratiques (alimentaires) ? définitions !

Le végétarien ne consomme pas de chair animale. Dans le langage courant, nombre de personnes pensent que les végétariens ne mangent pas de viande uniquement alors qu’en réalité cela concerne toute la chair animale : viande, poisson…

Ils consomment en revanche des végétaux et aliments d’origine animale comme le miel, les œufs, le lait ainsi que leurs produits dérivés.

Les végétariens ne représentent qu’une frange marginale de la population puisque ce groupe est évalué à seulement 5%

Le végétalien ne consomme aucun aliment d’origine animale, qu’il s’agisse que la chair ou de tout autre produit dérivé : viande, œufs, fromage, miel…

La consommation est exclusivement faite de produits d’originale végétale.

Le vegan ne consomme aucun produit d’origine animale – que ce soit alimentaire ou non – et est généralement un fervent défenseur de la cause animale. Exit les vêtements en cuir, le pull en laine, les pinceaux à maquillage en poils d’animaux ou les produits testés sur les animaux.

La consommation alimentaire est 100% végétale et la consommation n’est faite d’aucune cruauté animale (cruetly-free).

Le flexitarien est un semi-végétarien, il possède un régime alimentaire essentiellement végétarien dans lequel est introduit de façon occasionnelle, des produits d’origine animale. Il est également sensible aux conditions d’exploitation animale.

En 2018, 39% des Français se déclarent flexistaristes, c’est-à-dire qu’ils tentent de réduire leur consommation de protéines animales.

On n’est pas obligés de rentrer dans une de ces cases d’ailleurs même moi je n’y rentre pas vraiment puisqu’en pleine transition. Actuellement, je ne mange aucune viande, réduit la consommation d’aliments d’origine animale, consomme des cosmétiques 100% cruelty-free et vegan, deviens de plus en plus sensible à la cause animale.

Et vous, vous en êtes où ?

Transition zéro déchets : 20 changements

Cette année 2018 aura permis de mettre en place de nouvelles habitudes après une réelle prise de conscience globale.

Écologiquement, les habitudes jusque-là mises en place sont une catastrophe pour l’environnement : plastique à tout va, tri aléatoire, suremballage, invasion des océans, destruction des espèces.

Économiquement, les produits du commerce ont un coût qui se ressent sur le compte à la fin du mois. Les produits homemade sont à moindre coût car composés tous des mêmes produits de base, on achète donc en gros pour l’ensemble des produits ménagers maison.

Pour la santé, j’ai envie de savoir ce que j’utilise concrètement comme produit tout en me faisant du bien. La simple idée de me mettre des merdes sur le corps et le visage qui ne sont bonnes pour personne (ni moi, ni la planète, ni les animaux) ne me convient pas. J’ai aujourd’hui besoin de transparence, de savoir réellement ce que j’utilise.

Pour les animaux car c’était une utopie de penser qu’en 2018, il n’y avait plus de tests pour les animaux. Après avoir lu le livre d’Audrey Jougla en pleine immersion « Profession : Animal de Laboratoire » je me suis rendue compte à quel point les espèces souffraient simplement pour des tests de produits alors qu’on peut avoir des substituts.

Du coup, j’ai peu à peu remplacé des produits par d’autres et je me suis mis à créer les produits moi-même pour répondre à ma prise de conscience générale.

1) Baume à lèvres
J’utilise de nombreux tubes de baumes à lèvres et quand j’ai découvert la recette du baume à lèvres maison avec seulement 4 ingrédients, j’ai trouvé ça génial.

Depuis, je suis sûre d’en avoir à porter de mains, de décliner la recette ou les quantités selon mes besoins.

2) Cuisiner beaucoup plus

Si l’on souhaite réduire ses déchets et connaître ce qui compose notre assiette, l’idéal est d’acheter des produits bruts et de les cuisiner. Pour ne pas gaspiller, cuisiner est essentiel et il est important d’apprendre à se familiariser pour créer de nouvelles recettes. Je me suis donc entourée de livres de recettes.

3) Déodorants naturels
Ce n’est pas une surprise, la composition des déodorants fait polémique car on leur associe des substances cancérigènes. J’ai donc depuis 1 an, remplacé les déos conventionnels par des marques plus Green : lamazuna, makibell, Clémence &Vivien..

4) Brosse à dents bambou
Pour une brosseuse de dents aguerrie comme moi, j’ai utilisé des kilomètres de brosse à dents en plastique jusqu’à ce jour où j’ai lu les dégât que cela faisait à notre planète. . . Désormais, je n’utilise plus que des brosses à dents en bambou.

5) Lingettes démaquillantes lavables
Voilà 1 an que j’ai opté pour les lingettes démaquillantes lavables et quel bonheur. L’impact sur la planète est moindre, je ne dépense rien et ça ne prend pas de place dans ma trousse ou mon placard.

6) Protège – slip lavable
Les protections intimes, ça coûte cher et c’est plein de produits chimiques. Des marques pallient à cela en proposant des alternatives en tissus, lavables. La marque Dans Ma Culotte propose des protège-slips lavables dans des tissus clean et colorés. Prochaine étape : les culottes menstruelles pour supprimer les tampons.

7) Gommage Marc de café

J’ai pendant longtemps acheté les gommages du commerce avant de constater leur composition et leurs effets néfates sur les océans. L’amoureux étant consommateur de café, on l’utilise jusqu’au bout pour un gommage maison sans aucun additif chimique ni polluant pour la planète.

8) Thé en vrac + boule à thé

J’ai commencé à boire du thé en Inde, le fameux Chaï Latte, il y a 10 ans – Je me rappelle me demander comment faisaient les gens pour en boire le matin. Désormais, c’est la routine matinale – J’ai opter rapidement pour les sachets en grandes surfaces type Lipton. Désormais, le nombre de sachets de thé est extrêmement faible et tant à disparaître pour qu’il n’y ait plus que du vrac. Et pour que le moment soit plus fun, rien de tel qu’une boule à thé fun (moi c’est parapluie, fleur…)

9) Achats de contents réutilisables

Lorsque je fais mes courses désormais, à produit équivalent je privilégie un emballage en verre que je peux réutiliser par la suite. Ça en fait moins dans les poubelles et c’est réutilisable à l’infini !

10) Lingettes nettoyantes maison
Pour nettoyer facilement l’appartement à moindre coûts et sans générer de déchets, j’ai opter pour cette recette ultra-simple de lingettes maisons lavables. Gain de temps, d’argent et la planète me dit merci !

11) Emballage de poudre en bambou rechargeable

Pour mon maquillage, c’est 100% cruelty-free et vegan depuis 2 ans maintenant. Dernièrement, j’ai découvert la marque Zao dont les poudres bio, vegan et naturelles sont proposées dans des emballages en bambou rechargeable. Lorsque la poudre est terminée, il suffit de retirer la capsule pour en changer.

12) Produit nettoyant multi-surface

Pour avoir toujours sous la main un nettoyant efficace à moindre coût, j’ai opté pour une formule homemade à base de vinaigre blanc et d’agrumes. Je ne suis jamais à cours, la composition est clean et mon appartement est propre.

13) Lessive maison

La lessive est le 1er produit ménager que j’ai réalisé ! Les recettes sont nombreuses sur internet, tout dépend de vos envies. Le coût est très faible, idéal quand on a des enfants et le nombre de machines qui va avec !

14) Capsule de café réutilisables en inox

J’ai toujours trouvé que la capsule de café, c’était un truc de fainéant. Et écologiquement, c’est absolument horrible. Alors face à la montagne de capsules qui envahissaient ma cuisine, j’ai opté pour les capsules réutilisables presque zéro-déchet et ma poubelle, la planète et mon esprit sont contents !

15) Pastilles lave vaisselle

La composition des tablettes pour lave-vaisselle est plutôt moche et termine, bien évidemment, chez nos amis les poissons. Pour palier à cela, j’ai trouvé une recette très facile et efficace. Ainsi, on en a toujours sous la main, plus de déchet et des économies réalisées !

16) SodaStream pour l’eau pétillante à volonté

Je ne bois plus d’eau en bouteille depuis 10 ans, toujours du robinet car je la trouve bonne. Pour l’eau pétillante, il fallait 1) porter les packs 2) acheter des bouteilles en plastique 3) trier les déchets. Le père-noël m’a apporté une Sodastream et je n’ai plus aucun de ces 3 problèmes. C’est royal !

17) Refuser

Une des règles du zéro-déchet, c’est de REFUSER. Et dans les boulangeries notamment, le pain est donné dans des sachets en papier que l’on utilise pour quelques minutes seulement. J’ai donc appris à dire non et à utiliser mon tote-bag ou simplement mes mains pour transporter le pain jusque chez-moi.

18) Favoriser le vrac & les commerçants de proximité

Le chemin est long mais petit à petit, étape par étape, je modifie les habitudes pour favoriser ce qui se trouve à côté. Je préfère d’autant plus faire travailler le commerçant du coin plutôt qu’une enseigne de grande distribution.

19) Le compost

Dans l’immeuble de l’amoureux, il y a un composteur d’installé et ça, c’est merveilleux ! Plus je cuisine et plus les déchets de fruits et légumes augmentent. Par chance, ils ne finissent pas dans ma poubelle mais dans le composteur collectif. Les copropriétés sont en retard sur ce type de projet mais n’hésitez pas à regarder si des composteurs ouverts à tous sont disponibles où si vous pouvez vous greffer à un composteur privé (certains voisins viennent y mettre leur déchets organiques).

20) Jus frais à l’extracteur

Les jus du commerce sont toujours sucrés et depuis la lecture de « Vous êtes fous d’avaler ça » de Christophe Brusset, je me méfie de nombreux produits issus de la grande distribution. Je me suis donc procuré un extracteur (le coût peut effrayer mais c’est un investissement sûr) pour réaliser des jus frais. Et je m’éclate tous les matins avec des recettes très différentes qui sont simplement excellentes !

J’ai également tenté d’autres produits mais je ne suis pas encore convaincue. J’ai néanmoins du progrès à faire sur de nombreux domaines, voici la liste des objectifs zéro-déchet que j’aimerais remplir pour cette nouvelle année

Ma trousse de voyage

L’avantage quand on trie ses produits, c’est qu’on voyage léger ! Mon placard de SDB est déjà limité (en comparaison de celui de mon mec 😁) et cela se ressent dans ma trousse de voyage.

Une trousse de plus en plus Green, composée de produits non-testés sur les animaux et avec une transition zéro-déchet. Ce n’est pas parfait, mais je fais de mon mieux.

Shampoing sec

Indispensable pour repousser les shampooings et moins solliciter les cheveux. Seul soucis, je ne peux pas véritablement peigner pour éliminer le produit car mes cheveux sont bouclés. J’aime beaucoup Klorane mais Batiste est une marque Vegan 🐰

Baume à lèvres

Pour une bouche hydratée à tout moment, j’ai mon baume à lèvres maison : une recette simplissime dans un contenant en verre zéro-déchet.

L’huile corps & cheveux

J’adore les crèmes, baume, huile…mais j’ai drastiquement limité mes produits et je n’en avais même plus pour m’hydrater. Erreur en hiver 😱. Grâce à la dernière Birchbox j’ai découvert cette huile 2-en-1 qui est facile à prendre grâce au flacon, agréable à appliquer, sent bon.

Lingettes démaquillantes lavables

Depuis le mois de janvier de cette année, les cotons à jeter c’est terminé et je ne jure que par les lingettes piloukids. En plus, ça ne prend pas de place dans la trousse ! Indispensable pour se démaquiller ou se nettoyer le visage avant le coucher et au réveil : eau chaude et petits massages.

Crème de jour

J’ai également découvert la marque Kadalys dans la Birchbox et son odeur et sa texture sont super. L’emballage en revanche me dérange parce qu’il va finir à la poubelle…

La brosse à dent en bambou

C’est désormais un incontournable de ma trousse de toilette suite à ma prise de conscience sur les brosses à dents en plastique. Avec 3 brossages par jour, il m’est impossible de ne pas avoir ma brosse avec moi.

Déodorant Green

Pour être fraîche, le déo est indispensable mais pas question d’étaler des produits chimiques sur ma peau. Depuis quelques mois, je teste des déodorants à la composition clean, cruelty-free, et j’aime beaucoup la marque Clémentine& Vivien.

3 conseils pour une transition green à 2

Vous avez envie d’opérer une véritable transformation dans votre mode de vie, votre alimentation, vos habitudes de consommation ? Je le comprends, je suis en plein dedans et cela ne s’est pas fait en 3 jours. Avant d’en arriver là, j’ai lu beaucoup d’articles, suivi beaucoup de blogs ou de comptes Instagram inspirants, j’ai écouté beaucoup de podcasts. Et petit à petit, l’idée à fait son chemin dans ma tête pour finir par devenir une évidence, la voie vers laquelle aller.

Vous aimeriez aussi que la personne qui accompagne votre vie (l’amoureux, l’amoureuse, la coloc’, le chat..) prenne le même chemin

oui MAIS,

pendant que vous lisiez vos petits articles, l’amoureux lui, voit juste jour après jour les habitudes qui se modifie sans comprendre pourquoi. Vous avez une longueur d’avance sur lui et il faut prendre en compte son rythme et limiter votre impatience (la mienne quoi…:) ). Comment lui faire prendre le même chemin en pleine conscience ? Comment ne pas le braquer ? Comment lui faire avoir le déclic ? Quelques conseils…

1.Expliquer

Les habitudes que nous avons ne changent pas parce que c’est le modèle que l’on nous a donné et qu’on n’est jamais allé chercher plus loin. Le changement provient d’informations complémentaires, de prise de conscience. Il faut donc faire preuve de pédagogie en expliquant par des exemples concrets, des chiffres, des reportages ou des articles avec des faits et des mots précis.

2.Patienter

Une fois que les informations sont données, il faut les laisser être digérées doucement. A moi cela m’a pris plusieurs mois avant d’enclencher vraiment la seconde. on ne peut donc pas exiger de lui que ça se fasse en 2 jours. Je dois donc faire preuve de patience et lui laisser prendre le temps d’acquérir les données, de comprendre, et de se faire sa propre opinion.

3.Accompagner 

Un enfant grandi et évolue parce que ses parents sont chaque jour derrière lui à l’encourager, l’accompagner, l’aider. Et bien je crois que pour les habitudes c’est la même chose. Il ne faut pas trop en attendre de l’autre et le laisser solo avec vos nouvelles habitudes mais plutôt l’accompagner en douceur, lui montrer, l’observer de loin puis le laisser faire. Je ne veux pas l’infantiliser, surtout pas, mais juste lui montrer.

Par exemple pour les capsules réutilisables de la machine à café, j’ai commencé par les lui faire, puis par les faire avec lui, pour finir par le laisser faire.

Une transition quelle qu’elle soit ne se réalise pas dans un temps réduit. Il faut 21 jours pour créer une habitude et 90 jours pour que cela devienne un mode de vie. 

Brosse à dents en bambou

Je me brosse les dents 3 fois par jour depuis 10 ans. J’use donc beaucoup de brosse à dents et c’est pas très bon pour la planète.

4,9 milliards de brosses à dents

🌍 La brosse à dents est un mix de matières qui ne sont pas recyclables, contrairement à ce qu’on pense. On utilise sans réfléchir ces nombreuses brosses à dents en se disant qu’elles sont recyclées. Les déchets non-recyclés finissent dans des conteneurs direction l’Asie. Puis l’océan. Chaque année, 4.9 milliards de brosses à dents terminent dans nos océans. Vous imaginez vous baigner dans une mer de brosses à dents ?

Une alternative en bambou

J’ai découvert la brosse en bambou dans la BIRCHBOX édition limitée : plusieurs marques proposent ce produit mais c’est la marque J’aime mes dents qui était proposée dans la box. 

Elle est en bambou, plus épaisse qu’une brosse à dent classique et facile à prendre en mains. Un design simple, pas besoin d’avoir de multiples couleurs et c’est agréable car les poils sont en nylon contre du plastique pour les brosses à dents classiques. 

Je ne reviendrai jamais en arrière

Le petit hic : je vais la jeter quand les poils seront en vrac. Du coup, je recherche une brosse à dents en bambou avec la tête rechargeable et là, je serai au top ! Merci Père-Noël 😊

Gommage DIY au marc de café

La majorité des femmes possède un pot de gommage dans sa salle de bain. Indispensable pour une routine beauté au top, le gommage permet d’exfolier la peau, retirer les peaux mortes et chasser la cellulite en favorisant la circulation sanguine.

La composition des gommages du commerce

Jusqu’au 1er janvier 2018 (désormais c’est interdit…) ces gommages classiques vendus en magasins spécialisés ou grandes surfaces étaient composés de microbilles de plastique. Le saviez-vous ? Qu’à chaque fois que vous faisiez du bien à votre corps, vous faisiez du mal aux océans ? Imaginez ouvrir votre robinet et déverser du plastique dans l’eau, qui ne peut être filtré en usine de traitement de l’eau💧 en raison de sa taille.

Un chiffre : 8 milliards. C’est le nombre de microbilles rejetés chaque jour dans le monde. Ajoutez à cela son emballage plastique…

La recette du gommage DIY

J’ai donc décidé d’utiliser le marc de café ☕ disponible à la maison en suivant cette recette :

  • 4 c.a.c de Marc de café sec (faites le sécher près d’un four, du soleil, d’un radiateur sinon il va moisir)
  •  2 c.a.c d’huile végétale (amande, coco..)
  • 2 gouttes de menthe poivrée Vous pouvez multiplier les quantités selon ce que vous avez en marc de café.

Conservez ce gommage dans un pot en verre dans votre SDB, prêt à l’emploi. Vous pouvez frotter votre peau sous la douche.

Le bilan

Une efficacité redoutable : Mon corps est doux car le grain de café gomme parfaitement bien et la caféine stimule.

Une économie : lorsque j’achète du café, je l’utilise 2 fois et m’évite l’achat d’un gommage et son emballage. Les coûts sont ainsi réduit sans rogner sur le bien-être, car prendre soin de soi c’est important.

Et vous, que faites-vous du café que vous utilisez chaque jour ?

Nettoyant multi-surfaces

Pour une maison propre, on nous assomme de pubs vantant des produits toujours plus miraculeux et pour un moindre effort. On nous explique aussi qu’il faut un produit pour chaque usage domestique et que chacun a sa fonction spécifique. Really ?

Nettoyants : cocktails toxiques

En regardant de plus près la composition, on constate qu’il y a surtout des agents surpuissants, corrosifs et nocifs pour nos mains, nos yeux et nos poumons. C’est également le genre de produits que l’on éloigne à tout prix des enfants de peur d’un accident domestique.

Un chiffre : En juillet 2018, une étude du American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine démontre qu’utiliser fréquemment des aérosols et et sprays ménagers pour nettoyer sa maison, reviendrait pour nos poumons, à fumer 20 cigarettes par jour pendant 20 ans 😱.

Un nettoyant multi surface homemade

Les recettes de nos grands-parents fonctionnaient très bien, et pour ma santé et le tri de mes placards, j’ai décidé de réaliser mon propre nettoyant multiusage. Je me suis procuré un vaporisateur (en plastique, peut mieux faire…) pour y faire mon propre mélange à base de…2 ingrédients !

– Un vaporisateur
– Du vinaigre blanc
– Des écorces de citrons ou oranges

Dans un bocal en verre, j’ai laissé macérer les écorces de citron dans du vinaigre blanc pendant plusieurs jours. A force, le vinaigre prend la couleur jaune. Lorsque le mélange est prêt, je l’ai versé dans mon vaporisateur.

Puisque c’est la saison des oranges et du jus maison, une fois pressées je les met dans un bocal rempli de vinaigre blanc. L’intérêt ? avoir toujours un pot d’avance pour ne pas être à cour et laisser le temps de macérer.

Il dégraisse, détartre et désinfecte la SDB, les WC, les plans de travail.

Mon avis sur la recette de nettoyant maison

Très efficace
un coût imbattable : 50 cts (0,45 € le litre de vinaigre + 🍋)
Vous pouvez en créer à l’infini et l’agrémenter selon vos besoins

Lingettes nettoyantes maison lavables

Fainéants que nous sommes devenus, l’industrie a créé les lingettes nettoyantes pour toutes surfaces. À la base, l’idée permet d’économiser l’eau que l’on utilise abondamment lors de nos sessions ménages. Personnellement, je n’ai jamais été fan du principe parce que c’est un produit supplémentaire créé par l’industrie pour répondre simplement à notre fainéantise et pas à un besoin. Ça ne prend que quelques secondes de prendre un chiffon et un pschiiit.

23 kgs de lingettes

Au-delà de la praticité que l’on peut leur trouver, les lingettes sont chères à l’achat : normal, c’est un produit clé en main sans effort, et le moindre effort à un coût.

Leur composition, comme de nombreux produits ménagers du commerce, est également douteuse. On retrouve notamment des traces de Xxxxx

Enfin, les lingettes génèrent beaucoup de déchet puisque l’emballage + toutes les lingettes en vont directement dans nos poubelles. On chiffrerait à 23 kgs de lingettes par an et par personne. Ouch…

La lingette nettoyante lavable pour toute la maison

Toujours dans une démarche de limitation des déchets et d’utilisation de produits plus clean, j’ai trouvé une recette de lingettes homemade. L’idée c’est quand même de se faciliter la vie mais en prenant soin de nous, de la 🌍 et des 🐷🐰.

La recette :

– un bocal de 1L
– 400 ml d’eau

– 400 ml de vinaigre blanc
– 1 c.a.c de bicarbonate
– 10 gouttes d’huile essentielle de citron ou tea tree
– du tissu de 10*15 cm

L’utilisation :

Il suffit de prélever la lingette du bocal, l’essorer puis nettoyer la surface désirée. Un petit passage en machine et on recommence.

Peu à peu, le nombre de lingettes et la quantité de liquide vont diminuer : il suffit d’ajouter des lingettes au fur et à mesure et quand il n’y a plus de mélange, fabriquez-en de nouveau.

Bilan

▶ Efficacité
▶ Coût de revient très faible

▶ Respect de tous
▶ Mise à disposition permanente

Capsules de Café Réutilisables

Star des déchets, la capsule de la célèbre cafetière de Georges est une véritable catastrophe écologique : composée d’aluminium et de plastique, la capsule a besoin de plusieurs centaines d’années pour se décomposer.

Chiffre : 9 milliards de capsules, c’est ce qui est écoulé chaque année par Nespresso dans le monde. Cela équivaut à 40 000 tonnes de déchets.

Pour palier à cela et rétablir l’image écologique désastreuse de Nespresso, la marque indique récupérer les capsules mais le système n’est pas des plus faciles pour le consommateur.

Voir ces nombreuses capsules envahir ma cuisine commençait à me rendre dingue mais je cherchais une alternative qui conviennent à mon buveur de café et qui soit écologique (moins de déchets), économique (moins cher à l’achat), facile à utiliser. .

Après plusieurs recherches, j’ai trouvé ce lot de 6 capsules en inox réutilisables avec un doseur, une petite balayette et 100 opercules en aluminium. Une fois les paquets de café moulu terminés, on pourra aller se procurer différents types de café en petites doses. Pour se faire plaisir à moindre coût, varier les plaisirs et limiter les déchets.

La capsule ne tombe pas toujours toute seule au fond de la machine mais il suffit d’un coup de pouce et vous la récupérez.

▶ Quelques minutes pour remplir la capsule

▶ Beaucoup moins cher

▶ Presque zéro-déchet

Le hic : l’opercule de la capsule en inox se jette, on n’est donc pas totalement dans le zéro déchet mais c’est une belle avancée. .

Le baume à lèvres maison

Aujourd’hui, c’est une recette de baume à lèvres que je souhaite vous transmettre. Longtemps utilisatrice des Labello et autres stiks à lèvres du commerce, j’ai décidé de fabriquer le mien au rythme où je l’utilise.

Le matin avant le maquillage, la journée pour hydrater, le soir avant de dormir, l’hiver pour prévenir la sécheresse et les coupures.

Quelle est la composition du baume hydratant maison ?

Pour réaliser ce baume maison, il vous faudra quelques Ingrédients de base que vous réutiliser dans d’autres recettes. C’est donc un achat intelligent de produits :

  • 5 grammes de cire végétale
  • 1 c.à.café d’huile de noix de coco
  • 1 c.à.soupe d’huile d’olive (ou amande douce, jojoba)
  • 3 gouttes H.E de géranium ou de citron
  • Un petit contenant en verre de préférence

Les étapes de fabrication

Je vous rassure, pour la réaliser c’est hyper simple. Si c’était long et chiant, j’aurais déjà lâché l’affaire et couru à la première parapharmacie du coin 😬

  1. Faire fondre au bain marie la cire végétale & l’huile de noix coco
  2. Quand tout est fondu, ajoutez l’huile végétale et remuez
  3. Hors du feu, ajoutez les gouttes d’H.E et remuez
  4. Versez le tout dans le contenant final
  5. Conservez au réfrigérateur afin que l’ensemble durcisse et ensuite emmenez-le partout !

 

Conseil : pour les personnes préférant un stick, il est peut-être possible de réaliser cette recette directement dans un stick vide ?

Idée : maintenant que vous maîtrisez la recette de base, vous pouvez la décliner selon vos besoins et vos envies. Un pot au boulot, l’autre dans votre SDB. Et pourquoi pas en offrir à vos proches ?

Le top de cette recette : vous connaissez les ingrédients et les étapes de fabrication. C’est sain, clean et c’est vous qui l’avez fait !

 

 

 

Monodiète aux raisins : La cure nettoyage avant l’automne

Après des vacances faites d’apéro et sous le coup des résolutions de rentrée, j’ai eu envie de tester la monodiète aux raisins. Le mot diète fait flipper et pourtant, rien de restrictif.

La monodiète, c’est quoi ?

Il s’agit de consommer un seul type d’aliment en continu pendant une période précise et de façon illimitée. L’idée ? Mettre l’organisme au repos en ne lui proposant qu’un aliment à digérer. Il peut ainsi mettre toute son énergie au nettoyage global de votre corps en libérant les toxines par les 4 portes de sorties : rein (urine), peau (transpiration), poumons (respiration), intestins (selles).

Quand & combien de temps ?

Le changement de saison est idéal pour nettoyer le corps car nos énergies évoluent et qu’il faut pouvoir affronter la saison suivante qui arrive. J’ai choisi l’automne car c’est une période de transition pour moi, j’ai le temps et l’envie de me prendre en main et l’hiver qui va arriver (bon, même si en ce moment il fait toujours 30 degrés).

La durée de la cure peut varier selon vos envies, vos besoins, votre motivation. Elle est généralement recommandée durant 3 jours pour en voir les bénéfices. Elle peut également être d’un repas par jour durant 1 semaine. Les variantes sont possibles, renseignez-vous. Moi j’ai choisi de la faire 2 jours déjà !

Comment réaliser une monodiète ?

  1. il faut choisir l’aliment que vous allez consommer pendant la cure. Regardez la saison, en automne la cure de raisin est recommandée. Variez aussi les types de raisins pour que le goût soit différent.
  2. Fournissez-vous en magasin bio uniquement car en ne consommant que du raisin, si vous ne le prenez pas bio vous risquez de provoquer une certaine acidité au niveau de l’estomac. Plus il est sain, mieux c’est !
  3. La veille de la cure, commencez à réduire doucement les quantités et les types d’aliments. Préparez votre aliment de façon à le consommer facilement dès le réveil.
  4. En parallèle de la consommation de raisins, vous pouvez boire beaucoup d’eau, de thé vert ou de boisson détox. Rien d’autre.

Quelle quantité de raisins ?

Trouver la bonne dose de raisins à acheter n’était pas chose facile. D’abord on pense qu’on va mourir de faim alors on charge mais détrompez-vous. Achetez petit à petit pour éviter tout gaspillage, vous pourrez ainsi contrôler votre consommation.

J’ai consommé environ 2 kgs de raisin pour 2 jours de cure.

Ce que j’ai ressenti :

  • Pas de coup de pompe (après les repas, à 14h ou 21h)
  • Des nuits reposantes (et pour cause, l’estomac ne travaille pas autant)
  • Un esprit léger (nourriture & état d’esprit : un lien?)
  • Un goût plus développé (on reprend les bases)
  • Les pépins, je ne suis pas très fan
  • Ce qui me manquait le plus : croquer dans quelque chose alors j’ai intégrer des galettes de riz soufflé bio pour l’effet « croquant ». apport calorique nul et zéro matière grasse donc plutôt bien pour accompagner la cure.
  • Certaines personnes indiquent se sentir très fatiguées, sujettes à des maux de tête ou des vertiges. Je n’ai rien ressenti de tout cela malgré le fait d’avoir bougé (vélo, natation) mais allez-y molo quand même.

Et après ?

Une fois cette cure passée, l’idée n’est pas de se jeter sur le premier burger qui soit ! Quitte à avoir tout nettoyé, autant poursuivre ses efforts par une alimentation saine. Réintégrez petit à petit des fruits et légumes et ce qui constitue votre alimentation habituelle mais sans excès. surtout, écoutez votre corps.

Par chance, on m’a fourni des légumes du jardin d’Ariège, et avec je compose les repas sains. Je ne mange quasiment plus de viande mais je compense avec des protéines végétales et effectue toutes sortes de tests pour être nourrie sans carences mais avec des alternatives.

Bonne cure 🙂